Jeunesse, Education, Citoyenneté, Spiritualité et Solidarité
Jeunesse, Education, Citoyenneté, Spiritualité et Solidarité

Réflexions et échanges sur la valorisation et l'enseignement des valeurs l'Islam et de l'éthique à Mayotte
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes

Aller en bas 
AuteurMessage
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Mar 30 Aoû - 12:57

Le lundi 29 août 2011, on a assisté à un spectacle digne d'un cafouillage autour de la désignation du jour de l'aïd el-Fitr à Mayotte.
Du côté de Sada, vers 19h20, un bruit a couru selon lequel Mayotte 1ère aurait annoncé le témoignage d'un Chiconien ayant vu le croissant, mais la radio attendrait la confirmation du grand cadi.
Quelques heures après, ce témoignage semble être celui d'habitant(s) de Diego, information, manifestement ramenée de la Petite terre.
Vers 22h: une annonce par l'ancien grand cadi qui désigne l'aïd pour le lendemain (mardi 30), sur la base du témoignage de Petit- terriens.
Vers 23h30: un autre information circule via SMS et téléphone selon lequel, il y a méprise de l'information en provenance de Madagascar, car le croissant n'aurait plus été vue et que l'actuel grand cadi désavouerait l'avis de son collègue. Par conséquent, des SMS et des appels de toutes sortes ont circulé pour soutenir l'idée selon lequel l'aid serait plutôt le mercredi.
Des gens ont même appelé directement sur place, à Diégo pour prendre la température directement. Si considération d'Aid il y a sur la grande île, elle serait plutôt l'oeuvre d'un groupe de personnes qui suivent l'Arabie Séoudite.
Enfin de compte, au matin du mardi (à moins que ce soit passé avant), on apprend que l'aîd n'est plus le jour même (mardi 30), mais le lendemain, mercredi 31.
Pourquoi un tel spectacle de désolation, Pourquoi un tel cafouillage?
A quel ridicule nous sommes-nous prêtés dans la gestion de ce dossier de l'aïd?
Quelle solution préconiser pour l'avenir?
Le débat est ouvert


Dernière édition par Ben le Jeu 1 Sep - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MALIKI
Admin


Messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2010
Localisation : Pamandzi

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Mer 31 Aoû - 5:38

Il n'est pas difficile de faire le constat du vécu de ce mois sacré que nous prions Dieu de nous inclure parmi ceux et celles qui figurent parmi ses bénéficiaires.
Il est tout autan unitil d'évoquer la diluation de la place même du ramadan dans notre société. En déhors du fait même que les comerçants s'en regalent!
Mais la désolation et le cafouillage dhier ne sont qu'une expression tout aussi inquietante que triste de l'état de l'organisation de l'Islam sur l'île.
les faits sont connus de tous.
effectivement la gestion de ce fin de ramadan manque horriblement de subtilité. Alors que le statut des cadis est à l'agonie, voici qu'ils se tirent eux même des balles pour axelerer leur chutte. Non seulement la chose est ridicule mais elle est également le signe d'un malaise très profond.
Ceci étant, la situation offre une conjoncture favorable pour ouvrir le débat et s'acheminer vers des solutions.
La société mahoraise, si l'amnésie ne vient pas faire son oeivre, vient d'observer le sommum de l'inorganisation d'une autorité qu'elle a, elle -même négligée, et qui apparait, en son sein directement, problématique.
Aussi, c'est une occasion de rehausser le niveau dans le domaine et faire connaitre qu'une instance cadiale pourrait être à la hauteur des enjeux actuels mais bien évidement si, les bonnes personnes s'y trouvent à leurs places.
Cela ne pourrait se faire sans un langage de verité, un esprit d'union et un sens de la responsabilité.
Il va de soi que tous ela est conditionné par un travail d'étude et d'anayle basé sur des Savoirs rigoureux, lucides et confirmés.
Certes ce n'est qu'un aspect, voir une toute petite contribution, mais c'est ma participation au débat.
Et mes sincères excuses si j'ai dit plus qu'il faut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Jeu 1 Sep - 4:02

Je me demande pour ma part si la question de la désignation du jour de l'aid devrait relever véritablement des compétences cadiales. D'ailleurs, je ne sais comment on en est arrivé à ce que ce soit le cadi qui, juge religieux, décrète des fêtes religieuses. Mais bon c'est un autre débat.
Il est vrai que le statut du cadi –lorsqu'il en avait encore un- d'autorité "juridique" lui conférait un certain nombre d'obligation, notamment celles de décider, lorsqu'une décision qui engageait la communauté religieuse devait être prise. Ce statut s'imposait d'autant plus qu'il n'existait aucune autre organisation type regroupant les compétences des savants locaux et à qui incomberait la tâche des décisions ayant une répercussion sur la communauté religieuse.
Pourtant, et il faut le rappeler, malgré l'existence du CREMM qui a vocation à représenter les croyants et du CRCM qui partage avec la première la volonté représentative des musulmans mahorais et dont l'une des missions en France est de gérer la question de l'aïd, rien n'a pu se doter d'instance pouvant éviter le cafouillage pitoyable de ces derniers jours.
C'est donc une chose de parler des cadis et de la faillite de leur système. Le "démantèlement" de leur fonction –suivant la volonté des Mahorais de par le vote de la fameuse katiba- eu effectivement comme conséquence de laisser un réel vide auquel les structures existantes n'ont pas pu parer, d'aucune manière que ce soit.
D'ailleurs, la crise sur l'autorité religieuse aujourd'hui est patente. On vient d'en faire la triste expérience, avec le désordre vécu autour de la fête de l'aid el-fitr. C'est d'ailleurs à se poser la question essentiel du véritable rôle joué, de nos jours, par l'ensemble des structures tel que la structure cadiale, le CREMM, le CRCM, et bien d'autres associations ou mouvement qui ont une vocation de promotion de l'islam (Tabligh, Tariqa, Djoumoua islamiya, etc.), dans cette même mission, et surtout dans l'organisation du culte.
Pourquoi la structuration du culte reste l'oublié, l'orphelin des organisations islamiques? Pourquoi, malgré cette pléthore d'organisations, on ait pu assister à un tel flottement, voire à un spectacle de désolation dans lé désignation du jour l'Aid el-Fitr de cette année 2011?
Quel diagnostic faire de la situation de l'organisation du culte à Mayotte?
Quelle analyse du flottement autour de l'aïd?
Comment faire pour éviter la cacophonie dans l'avenir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Jeu 1 Sep - 12:39

Encore quelques éléments pour avancer le débat:
Il semble, tout compte fait, que la situation actuellement risque de perdurer si un changement n'est pas opéré sur plusieurs niveaux dont elle a cruellement souffert ces derniers temsp:

1- La conscience que les temps ont changé
2- La coopération extérieure
3- La collaboration locale
4- Le manque de franchise

Par manque de temps, je détaillerais tout cela plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: les temsp ont changé   Jeu 1 Sep - 22:45

J'en viens à quelques explications.
Les temps ont changé avec ce que cette expression comporte comme conséquences.
- Du point de vue chronologique: l'histoire avance et l'on saurait prétendre le contraire: 1911 n'est pas 2011. Ce changement chronologique amène son lot de changements sur tous points de vue. Si l'on se plaçait sur cette échelle purement, et sur notre espace géographique, il est soutenir tout logiquement qu'une série d'évènements en ont façonné l'histoire. Cela est d'autant plus important que des évènements ont pu marqué l'endroit, en l'occurrence Mayotte.
- Du point de vue qualitatif: les connaissances des gens, leurs modes de vie, les us et les coutumes, l'habitat, le l'état de développement, la mentalité ambiante, les mœurs etc. sont autant de facteurs mis à l'épreuve du temps. Plus les bases qui en solidifient les fondements sont stables et enracinées, plus les valeurs partagées résistent aux vicissitudes du temps, plus la communauté a des chances de transmettre ses valeurs/fondements à la postérité. Et plus la société est équipée en visionnaires, plus elle optimise ses chances s'en sortir plus ou moins indemne des marques du temps, avec son lots d'évolutions ou et de changements inévitables qui ne sont pas tous positifs, loin s'en faut.
Ma question aujourd'hui est donc la suivante: est-ce que du point de vue spirituel (surtout sur la question de l'organisation du culte), nos anciens ont-il réussi à optimiser la survie de l'héritage transmis à la postérité. Sans sombrer dans des analyses très longues, le constat est donc assez mitigé. Car, à l'aveu de tout le monde, nous sommes aujourd'hui devant une impasse, la gestion du culte mahorais de nos jours ayant perdu son machiwa, bateau, que je traduis volontiers ici par "monture". Le mashiwa pouvant être des valeurs phares marquantes, voire des ressources ou des méthodes. Un certain nombre de choses peuvent certainement entrer sous ce vocable, mais il faut se questionner sur leur état actuellement (shioni, respect, tolérance, civilité, etc.). Avec un mashiwa, il y a toujours un nahuda, amiral (homme ou structure). A se questionner quel est l'état du nahuda aujourd'hui? quel est celui du mashiwa (monture)? Autrement dit: quelles structures pour quels projet? Quels projets pour quelles visées? quel est l'impact des actions menées et des valeurs enseignées ou défendues, sur le terrain? un état de lieu est nécessaire.
Pour en revenir au sujet du début, prenons ici 2 exemples qui ont marqué le fait que les temps avaient changé:
a) la démocratisation des sciences et connaissances
b) la démocratisation des moyens d'information
(je donnerai une petite explication dans la prochaine intervention, avant de m'attaquer aux 3 autres points évoqués plus haut)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Sam 3 Sep - 21:07

Le mal que nous sommes en train d'aborder dépasse le cas mahorais si l'on en croit l'article très intéressant de Nidhal Ghessoum, astrophysicien qui beaucoup travaillé sur la question de l'aïd, qui n'hésite pas de parler d'incohérence dans la désignation du jour de la fête par les pays musulmans.
http://oumma.com/L-Aid-de-cette-annee-expose-l


Dernière édition par Ben le Sam 3 Sep - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Sam 3 Sep - 21:53

a) la démocratisation des sciences et connaissances
Parmi les éléments qu'il faut prendre en compte lorsque l'on doit gérer la question qui a des répercussions sur la communauté, c'est le fait qu'aujourd'hui, beaucoup de gens ont accès à des savoirs qui, naguère, n'étaient réservés qu'à une élite. Cette démocratisation des connaissances donne un libre accès aux mêmes sources à laquelle seuls s'abreuvaient les fundis, de façon exclusive, il y a encore peu de temps.
Il est même à noter que parfois les sources sont plus variées dans la nouvelle tendance, non sans créer un peu de cacophonie devant les divergences qu'on imagine insurmontables, mais qui, souvent tiennent à des détails tout à fait négligeables.
Avec les nouvelles technologies d'informations, la maitrise de l'arabe voire le français aussi -étant entendu que beaucoup de sources sont directement accessibles dans cette langue-, cette une partie de la nouvelle génération a tendance à observer les questions selon un point de vue comparatif, là où la génération des fundis classiques abordaient l'aspect juridique, d'un point de vue tout à fait étroit en relation avec le madhab shafii, mais qui permettait une cohésion sociale, les références étant les mêmes à tous.
Cette démocratisation du 'ilm a même permis d'avoir des gens (souvent jeunes) spécialisés dans de nouvelles disciplines des connaissances religieuses (que ce soient les sciences coraniques, celles relatifs aux hadiths ou même aux fondements, etc.). Il faut rappeler ici que Mayotte dispose de quelques personnes ressources qui ont fait des études secondaires parfois voire universitaires dans des pays arabes dans les domaines cités et sont installés sur l'île, chacun selon ses sensibilités propres, ou suivant les idéologies de leurs universités de formation. Évidemment, on ne sait pas à quel saint se vouer.
Cet état de fait crée des problèmes de voisinage avec la génération de fundis anciens, et parfois de légitimé aussi. Autant dire que le conflit des générations est papable et réel non sans conséquence dans la gestion du culte.
Il me semble pour ma part que gérer le culte dans ces conditions, mais gérer la question de la désignation du jour de l'aïd en l'occurrence ici, ne peut ignorer les réalités évoquées et doit prendre en compte un certain nombre d'éléments d'actualisation des savoirs et connaissances sur une façon d'aborder le problématiques classiques, prendre connaissances des nouveaux enjeux, etc. le cas échéant, il y a un risque d'encourir un désaveu avec la postérité.
De ce point de vue, la mise à jour des "façons de faire à l'ancienne" est nécessaire et on peut s'y prendre de différentes manières: rencontre, échange, collaboration, comité, avis consultatif, etc. Par cela, on aurait préparé la postérité tout en profitant des nouvelles connaissances. D'autant plus qu'avec la spécialisation très pointues dans différents domaines e connaissances religieuses ou pas, l'expertise est tout à fait possible sur beaucoup de questions. La désignation du début du ramadan ou de l'Aïd ne saurait faire exception.
Malheureusement, les égos prennent souvent le dessus sur la recherche de la vérité et la volonté d'œuvrer pour la cohésion et le savoir vivre. Hélas, ce scénario idéal n'est donc celui adopté. Et pour l'instant, les générations actuelles ne font grand chose non plus pour inverser la tendance.
Parallèlement, d'autres parmi ces nouveaux, imbus aussi de leur personne, sont incapables de se mettre autour d'une table de façon constructive pour trouver des solutions, ni avec les Anciens, ni avec d'autres personnes issues d'autres écoles ou sensibilités.
Et lorsque l'intérêt général est mis en avant, des solutions concertées peuvent être envisagées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben
Admin
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 06/12/2010
Age : 45
Localisation : Sada

MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   Ven 9 Sep - 9:14

b) la démocratisation des moyens d'information
Je crois que ce qui a aussi fait défaut dans la gestion de l'Aid de cette année 2011, c'est cette conscience que les moyens de communication sont à la portée de chacun, partout, et diversifiés. Surtout à l'époque du tout numérique. Que ce soit via la TV, à travers Internet, ou encore le téléphone, les différents médias offrent une panel de choix de moyens de communication. Personne n'a d'excuse aujourd'hui à ne pas en user.
L'on ne peut pas en vouloir à un croyant qui, animé de sincérité ou de foi, passera un coup de fil ou enverra un SMS pour confirmer une information; Aucun grief non plus à l'endroit de celui qui zappera sur les chaînes à la recherche de nouvelles sur l'apparition du croissant. Quel mal non plus fera celui qui ira sur le net pour s'en rassurer?!
C'est ce que beaucoup ont fait spontanément pour avoir confirmation de la nouvelle annonçant la vision de la lune à Madagascar. D'autant plus que l'annonce même via la radio n'a pas semblé très convaincant, de par les arguments avancés.
Nonobstant, et cela n'a que jeté un pavé dans la marre, cette démocratisation n' a pas réglé le problème, ayant rajouté du désordre dans la confusion ambiante. Des SMS ont noyé et contredit l'information du cadi qui, du coup, a fini par revenir sur son annonce. C'était un désaveu de la manière dont cette histoire a été gérée.
C'est peut être la conséquence de trop de démocratie dans des affaires sérieuses dont la gestion est gérée par des responsables mais que tout le monde veut être calife à la place et lieu du calife. Le défaut de trop de démocratie dans cela, c'est tout le monde donne de la fatwa, émet des avis, alors que des personnes compétentes en ont la charge.
C'est peut être aussi la conséquence d'un manque de prise de conscience que le temps avaient et qu'il y avait nécessité pour les responsables du culte d'être à la pointe de la technologie et en connaître les enjeux aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cacophonie autour de l'annonce de l'aïd 2011 à Mayotte: diagnostic d'un mal et réflexion sur des remèdes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oraux 2011
» Nombres de postes offerts CRPE 2011
» PREINSCRIPTION ESTB - 2010.2011
» Liste de fournitures 2010-2011
» les nouveaux ouvrages foucher crpe 2010-2011 help!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeunesse, Education, Citoyenneté, Spiritualité et Solidarité :: Education, Citoyenneté et Spiritualité :: Actualité et Veille citoyenne-
Sauter vers: